Nuit européenne des chercheurs : Petits secrets, grands crimes

Nuit européenne des chercheurs : Petits secrets, grands crimes

Nuit européenne des chercheurs : Petits secrets, grands crimes

Dans la nuit du 27 au 28 novembre 2020, s’est tenue « La nuit européenne des chercheurs », sur le thème des « petits secrets nocturnes ». A l’Université de Limoges, un groupe de chercheurs travaille depuis plusieurs années sur le polar comme forme majeure de la fiction contemporaine, et ce groupe fonctionne maintenant depuis quelques mois à l’échelle européenne. Il a donc organisé, à l’occasion de cette nuit des chercheurs, deux rencontres :  Natacha Levet, de l’université de Limoges discute avec Serge Quadruppani; puis Caïus Dobrescu, Université de Bucarest, m’interroge sur ma vision du polar, et du polar européen.
Des textes choisis par les deux auteurs ont été enregistrés par la compagnie de la Friche. Les enregistrements sont disponibles en cliquant sur les liens ci-dessous.

Textes présentés par Serge Quaduppani :

Textes que j’ai présentés :

Festival de Frontignan : ma participation

Festival de Frontignan : ma participation

Festival de Frontignan : ma participation

Covid oblige, le Festival international du roman noir n’a pu se tenir comme à l’accoutumée. Il a été décalé en cette fin d’été 2020, du 11 au 13 septembre, et n’a pu accueillir tous les auteurs à Frontignan.  Ainsi une grande partie des auteurs ont été soumis à la question et lisent un extrait de leur dernier livre.
Trois questions :

♦ Quels sont les événements ou les rencontres à l’origine de votre roman ?
♦ Comment résonne dans votre livre et en vous, « Résistance(s) ! résilience ? », le thème 2020 du FIRN ?
♦ Le roman noir suffira-t-il à sauver le monde ?

Ci-dessous mes réponses, de même que ma lecture d’un extrait de Marseille 73.

 

 

Trois questions

Lecture

Arte 28 minutes

Arte 28 minutes

Arte 28 minutes

J’étais invitée sur Arte, ce 16 juillet 2020, dans l’émission 28 minutes pour parler de Marseille 73.
Pour visionner l’émission intégrale, voir ici.
Ci-dessous, mon interview précédé d’un portrait réalisée par la rédaction du magazine.

 

Arrêt sur images : racisme d’État, la construction du déni

Arrêt sur images : racisme d’État, la construction du déni

Arrêt sur images : racisme d’État, la construction du déni

J’ai participé, le 10 juillet 2020, à une émission d’Arrêt sur images, animée par Daniel Schneidermann.
J’étais invitée à l’occasion de la sortie de Marseille 73. Sur le plateau également Sarah Angèle, petite-fille d’Emmanuel Cravery Angèle, tué dans les émeutes en 1967 en Guadeloupe et Marie Bonnard, autrice du documentaire “Les ayant-droits” sur les mineurs marocains embauchés par la France dans les années 1960.
Trois affaires oubliées, enfouies, peu présentes dans les mémoires collectives. Déniées, en quelque sorte, pour construire l’oubli.
Ci-dessous, la vidéo intégrale de l’émission.

 

La fabrique d’un roman, le making of de Marseille 73

La fabrique d’un roman, le making of de Marseille 73

La fabrique d’un roman, le making of de Marseille 73

Les lecteurs posent souvent des questions sur les rapports entre l’auteur et l’éditeur : comment ça fonctionne ?
Comme Aurélien Masson et moi en sommes à notre sixième collaboration et qu’au moment de la sortie de Marseille 73 les rencontres avec les lecteurs sont encore extrêmement peu fréquentes, nous avons envie de répondre à deux voix à la question des lecteurs.

Notre dialogue, en trois épisodes, a été publié sur la page Facebook d’Equinox-Les arènes.

 

 

 

La naissance du roman

 

 

 
De la documentation à l’écriture

 

 

 La style c’est la femme

Marseille 73 – Vidéo

Marseille 73 – Vidéo

Marseille 73 – Vidéo

Marseille 73, mon dernier roman, paraitra en librairie le 10 juin 2020. Je sais que vous êtes impatients de le lire, comme je le suis de vous le proposer. En attendant, voici une petite vidéo de présentation de l’histoire.

 

Polar et archives

Polar et archives

Polar et archives

Le 28 juin 2018, j’intervenais aux Archives nationales, sur le thème Polar et Archives, en compagnie de  ma complice Sylvie Granotier.
Voici la vidéo de mon intervention, qui peut être consultée ici.

L’intervention de Sylvie Granotier peut être visionnée .

Mai 68 n’a pas duré qu’un mois

Mai 68 n’a pas duré qu’un mois

Mai 68 n’a pas duré qu’un mois

Mediapart et Temps noir se sont associés pour produire une série d’interviews d’acteurs de mai 68

Dix actrices et acteurs de 68 reviennent sur ces événements qui ont changé leur vie. Par-delà la diversité des choix politiques et des parcours, ces femmes et ces hommes ont en commun de ne pas avoir renoncé à changer radicalement le monde. Aux antipodes des commémorations qui mettent à l’honneur anciens militants repentis et nouveaux convertis au libéralisme, la série aborde cette histoire pas si lointaine comme une occasion de rappeler les raisons – qui n’ont jamais été aussi actuelles – de se révolter. Elle permet aussi de confronter ces témoignages au regard des générations suivantes auxquelles appartiennent ses quatre initiateurs et auteurs, avec une diversité de parcours et une pluralité d’engagements.

Cette série était proposée par Olivier Besancenot, postier, porte-parole du Nouveau parti anticapitaliste, Sara Brücker, productrice, Florence Johsua, maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris Nanterre, et Tancrède Ramonet, réalisateur