Soirée agitée au 36

L’épisode du viol présumé d’une touriste canadienne au 36 quai des Orfèvres par un capitaine et un major de la BRI fait beaucoup de bruit. L’émotion est proportionnelle au prestige des « grands flics » du 36. Si le viol fait l’objet de l’enquête, la beuverie qui l’a précédé, dans un pub d’abord, puis dans les locaux du 36, est avérée.
Le 12 avril 2014, quinze jours avant les faits, je participais à un débat avec le juge Fernand Kato sur le thème « crimes et erreurs judiciaires » dans le cadre du festival de littérature noire de Mulhouse. Je parlais de mon roman « Bien connu des services de police ». Dans le cours du débat, j’évoque ce qui, à mes yeux, est un des traits les plus marquants de la culture policière, la pratique du faux témoignage par les policiers lorsque l’un des leurs est impliqué. Mon interlocuteur proteste avec vigueur. Il n’a jamais été confronté à de telles pratiques, dit il. Un peu plus tard, j’évoque l’alcoolisme, l’usage abusif de l’alcool, dont les causes sont multiples mais les effets ravageurs. Nouvelle protestation. Peut être avant 2003, soutient mon interlocuteur, mais depuis le problème est réglé, plus d’alcool dans la police.
Dans l’épisode actuel, nous avons les deux, et dans un des corps les plus prestigieux de notre police, un des corps où la qualité des hommes et la force et la présence de de la hiérarchie sont avérées.
Je ne sais pas ce que pense le juge Kato aujourd’hui. Pour ma part, j’espère que le caractère hors norme de ce fait divers fera avancer la réflexion. Le corporatisme puissant dans la police sur lequel fleurit la culture du faux témoignage est une tare dans un régime démocratique. Une tare entretenue, encouragée par tous ceux dont la mission est d’encadrer, contrôler une police démocratique, les supérieurs, les juges, les institutions. Sans parler du ministre lui même qui accepte ou revendique de se faire appeler « le premier flic de France ». Il agit au nom des citoyens, pour les citoyens, pas au nom des flics pour les flics.
La critique n’est pas facile à entendre. Pour ma part, chaque fois que j’ai eu à discuter de « Bien connu… » en public avec des responsables policiers, ils considéraient ce roman comme une caricature inutile. Sauf une fois, en Allemagne, à Bonn, un débat à l’initiative de la police allemande.
On peut aussi ajouter que le corporatisme policier n’est pas une exception. Corporatisme enseignant, des médecins, des avocats, des taxis, le corporatisme semble bien être un principe d’organisation de notre société.