Le crime et la crise












J’ai eu la chance de participer les 2 et 3 décembre derniers à un colloque franco grec organisé par le département de Langue et Littérature Françaises de l’Université Aristote de Thessalonique, Le crime et la crise : Écritures et réécritures de la littérature policière contemporaine.
La problématique du colloque : 
Genre littéraire protéiforme s’adaptant au mieux à l’époque, ou exemple typique de la littérature-paralittérature de masse ? Littérature populaire à haute valeur sociale et politique, ou produit commercial et standardisé de l’industrie du livre ? Littérature focalisée sur le mystère du crime en lui-même, ou sur ses causes ? Littérature en marge du système littéraire, ou bien en son cœur, fruit d’une interaction constante avec les autres genres ? Particulièrement populaire, divisant la critique depuis ses débuts, la littérature policière compte aujourd’hui de fervents supporters au sein même des universités, où elle fait l’objet d’études systématiques (sans que cela signifie pour autant la fin de sa contestation). Le Département de Langue et de Littérature Françaises de l’Université Aristote de Thessalonique a l’ambition, par ce premier colloque international, d’introduire le débat autour de ce genre éminemment populaire dans la sphère académique grecque, en invitant ses auteurs à dialoguer avec les théoriciens et avec le public.
Ce furent deux jours de débats et d’échanges passionnants devant un public de plus d’environ deux cents personnes. On peut lire ici ma contribution à cette rencontre.
C’est le troisième colloque universitaire auquel je participe cette année sur le thème de la littérature policière et noire. Je veux simplement souligner que le roman policier et noir est désormais largement entré dans le champ des études universitaires comme genre littéraire de plein exercice. Il serait temps que nos médias et nos instances culturelles officielles françaises en prennent conscience, et fassent leur « aggiornamento ».